CAPA Facebook
 logo Nguyen   
Accueil du site > Les articles > Eau douce

Tortues en aquarium

Publié par Pacu – 23 mars 2007

La question revient souvent : comment dois-je loger ma tortue aquatique, et peut-elle cohabiter avec des poissons ?



Article sous licence :

CC by-nc-nd

Dans la même rubrique

La question revient souvent : comment dois-je loger ma tortue aquatique, et peut-elle cohabiter avec des poissons ?

Je dirais que la cohabitation tortue aquatique – poisson est délicate, parce que la tortue est piscivore. Même si la cohabitation au départ a l’air de fonctionner, à moyen terme le poisson risque d’être mangé par la tortue. De plus, la tortue pollue beaucoup.

La cohabitation tortue-poisson est donc à éviter, sauf éventuellement dans un grand bassin extérieur. Dans ce cas, il faut s’attendre à ce que la tortue mange de temps à autre un des poissons du bassin.

Il y a de nombreux genres et espèces de tortues aquatiques. Je me baserai sur les besoins de la tortue dite « de Floride », Trachemys scripta elegans (La tortue à tempes rouges). Cette tortue est à présent interdite en vente, parce qu’elle était trop fréquemment relâchée dans la nature où elle cause des dégâts dans l’environnement.

img

Mais on trouve en magasin des tortues qui ont les mêmes besoins. 90% des tortues juvéniles vendues dans le commerce meurent avant l’âge d’1 an, ceci à cause de mauvaises conditions de maintenance. Il est donc important de loger et nourrir correctement ces tortues.

1 Le logement

-  En intérieur : aquaterrarium.

La tortue aquatique est en réalité une tortue semi-aquatique. Elle a besoin de pouvoir sortir entièrement de l’eau. Un tiers de la surface doit être terrestre. Cette partie terrestre doit être surmontée d’un spot pour permettre à la tortue de prendre des « bains de soleil ». Le spot doit être éteint durant la nuit.

Une lampe UV est nécessaire (5 minutes 2 à 3 fois par semaine) à moins que la tortue n’ait accès directement aux rayons du soleil. Ce tube UV permet l’activation de la vitamine D3 et évite le rachitisme.

L’eau doit être chauffée avec une résistance.

L’eau doit être filtrée, le débit du filtre doit être assez puissant, car la tortue pollue beaucoup. Il faut faire un changement d’eau partiel tous les 15 jours pour éliminer les cristaux d’urates.

L’utilisation de sable pour le fond est controversé, car la tortue peut en avaler au risque de faire une occlusion intestinale. Le sable ne facilite pas non plus le syphonnage des déchets.

On peut mettre des plantes dans l’aquaterrarium, mais il faut savoir que les tortues les mangent.

Pour que l’aquaterrarium se salisse moins vite, il est possible de nourrir la tortue dans un second aquarium, sans décor ni sable, pour qu’il soit facile à nettoyer.

La longeur du terrarium doit faire 4 fois la longueur de la plus grande tortue, + 2 fois celle des autres tortues. Si la tortue juvénile ne mesure que 4 ou 5 cm, la tortue de Floride adulte mesurera 25 à 30 cm de longueur de carapace. Il est possible d’acheter un aquaterrarium de plus en plus grand au fur et à mesure de la croissance de la tortue.

-  En extérieur : bassin avec une rive qui remonte en pente faible pour que les tortues puissent sortir de l’eau. Le bassin doit être entouré d’un enclos ; attention, les tortues peuvent grimper ou creuser. L’enclos doit faire au moins 5m carré. Si les tortues hibernent en extérieur, il doit faire au moins 80 cm de profondeur, pour que l’eau ne gèle pas entièrement.

2 L’importance de la température

Chaque espèce a sa t° optimale, qui est en rapport avec sa région d’origine. Il faut essayer de maintenir l’aquaterrarium proche de cette t° optimale. On peut diminuer la t° de 5° durant la nuit.

Pour Trachemys scripta, la T° moyenne préférée est de 25,5°.

La t° interne de la tortue dépend de la t° de l’environnement, et conditionnera la vitesse des fonctions physiologiques comme la digestion, la rapidité des mouvements…

La t° conditionne également l’appétit, donc si celle-ci est trop basse, la prise alimentaire sera insuffisante, conduisant à l’amaigrissement et à des carences multiples.

Les chutes brutales de t° provoquent souvent des infections respiratoires, par exemple une pneumonie.

Il existe une t° maximale critique chez les tortues. Au dessus de cette t°, la tortue meurt. Cette t° critique varie selon les espèces, mais en général c’est vers 40°. Attention aux coups de chaleur en été si l’aquaterrarium se trouve derrière une fenêtre au soleil.

3 La nourriture

Attention, les crevettes séchées vendues comme aliments pour tortues ne sont pas un aliment adapté. Ces crevettes séchées amènent des carences, avec risque d’arrêt de croissance, d’arrêt de prise alimentaire, d’infections.

C’est normal qu’une tortue refuse de s’alimenter à l’approche des mues ou de l’hibernation. En d’autres circonstances, le refus de s’alimenter signale un problème.

Les jeunes tortues peuvent être nourries 2 fois par jour ; on passe progressivement à 1 fois par jour puis 3 fois par semaine chez les adultes.

Il faut éviter les nourritures grasses comme les vers de farine ou le jambon.

Les aliments complets pour tortues sont souvent déséquilibrés : insuffisance de vitamines et de minéraux. Il faut donc varier l’alimentation.

Les aliments qui paraissent les plus équilibrés pour les tortues aquatiques sont les éperlans, les aliments du commerce pour chiens et chats, les vers de terre. On peut y ajouter des fruits de mer, des omelettes avec la coquille pillée dedans, des abats, des souriceaux nouveaux nés (vendus surgelés en magasin pour reptiles), et des aliments complets pour tortues aquatiques. De temps à autre, des escargots, des moules, de la laitue.

Il faut proscrire la viande, les filets de poisson, le jambon, les vers de farine et les crevettes séchées, sauf occasionnellement.

Si on ne donne que de la viande, la tortue n’absorbera pas de calcium et aura des déformation du squelette. Idem avec un excès de phosphore (si on ne donne que des filets de poisson.)

Si on ne donne que des aliments pour chiens et chats, ce sera bien équilibré en calcium et phosphore, mais trop riches en protéines ; la tortue grandira trop vite et aura d’autres problèmes.

Il est donc bien important de DIVERSIFIER l’alimentation.

4 L’hibernation

En semi liberté (extérieur), la tortue hibernera quand la t° descendra sous 10°. Elles peuvent hiberner en bassin si la profondeur de celui ci est suffisante (80 cm)

En intérieur, les tortues maintenues à t° constante n’hibernent pas.

L’hibernation n’est pas indispensable, mais conseillée si on veut faire de la reproduction.

Mieux vaut une tortue qui n’hiberne pas qu’une hibernation réalisée dans de mauvaises conditions.

La tortue ne doit pas hiberner avant sa 4 ou 5° année.

Il faut diminuer la t°, progressivement pour éviter les dommages, jusque 5°.

Il vaut mieux ne pas nourrir les animaux durant quelques jours avant l’hibernation pour qu’il n’y ait plus de nourriture dans le tube digestif.

Il est difficile d’avoir une pièce qui ne soit ni trop chaude, ni trop froide, pour l’hibernation. On peut envisager de mettre les tortues hiberner dans un frigo, pour avoir une t° constante, s’il y a une pompe à air.

La sortie de l’hibernation doit aussi être progressive, ainsi que la reprise de l’alimentation. On peut stimuler l’appétit par des bains d’eau tiède.

5 Sexage des tortues aquatiques

Chez les juvéniles, il est difficile de distinguer mâle et femelle.

Chez les adultes :

- Le mâle a un plastron (partie ventrale de la carapace) concave ; chez la femelle il est convexe.

- Le mâle a des griffes antérieures plus longues que celles de la femelle

Griffes de tortue femelle :

img

Griffes de tortue mâle :

img

- Le mâle a une queue plus courte et plus épaisse que celle de la femelle.

Queue de la tortue femelle :

img

Queue de la tortue mâle :

img

6 Quelques espèces de tortues

Une tortue assez fréquemment trouvée dans le commerce est Pelomedusa subrufa.

En voici quelques autres :

Trachemys scripta scripta

img

Pseudemys concinna hieroglyphica

img

Pseudemys concinna concinna

img

Graptemys (pseudogeographica pseudogeographica ?)

img

img

Les espèces à éviter :

Matamata (Chelus fimbriatus) peut atteindre près de 50 cm de long et se montrer dangereuse.

img

Chelydra serpentina, la tortue happeuse ou hargneuse : devient grande également, est carnivore et peut sectionner un doigt.

Tryonix, tortue à carapace molle : est assez agressive.

img Cette page écrite par Pacu  pour AquAgora est sous un contrat Creative Commons.

Ajouter un commentaire

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)


captcha

Association AquAgora | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP