CAPA Facebook
 logo Nguyen   
Accueil du site > Les articles > Aquascaping, bac planté

Les plantes en aquariophilie

Publié par Pacu – 30 mars 2007

La plupart des plantes que nous avons en aquariophilie ne sont pas aquatiques à proprement parler : ce sont des plantes palustres. Elles existent sous une forme immergée et une forme émergée. Culture et production de plantes destinées à nos aquariums.



Article sous licence :

CC by-nc-nd

Dans la même rubrique

D'après une conférence de Stéphane André

La plupart des plantes que nous avons en aquariophilie ne sont pas aquatiques à proprement parler : ce sont des plantes palustres.

Elles existent sous une forme immergée et une forme émergée.

Dans la nature elles passent d’une forme à l’autre entre la saison sèche et la saison des pluies, et vice versa. hygrophila corymbosa

Lors de la saison sèche :

- baisse lente du niveau de l’eau
- Abondance de lumière et de nutriments
- Feuillage épais coriace
- Constitution de réserves
- Floraison

A la saison des pluies :

- Montée rapide du niveau de l’eau
- Grande surface de feuillage
- Tissus plus fins, remplis d’air

Il existe des plantes acaules (en rosette) ex : Cryptocorine crispatula (balensae)

Et des plantes en brin (Ex : hygrophila)

Historique du marché des plantes en aquariophilie

Singapour est la zone de production ou de transit de la plupart des plantes et des poissons.

Au départ toutes les plantes destinées à l’aquariophilie provenaient d’Asie.

Ensuite des acclimateurs-producteurs se sont créés en Europe parce que les plantes arrivaient d’Asie sans racines,… et mouraient rapidement.

Puis les Européens ont commencé à produire les plantes eux mêmes.

Tropica a inventé la culture hors-sol, qui produit en pot des plantes déjà enracinées dans le substrat.

Les producteurs en Asie réagissent, car leurs exportations chutent, et produisent eux aussi des plantes en pot. D’abord ce sont des plantes emballées en pot au dernier moment, et donc toujours sans racines. Dans les années 90, la qualité est la même que celle des plantes en pot produites en Europe.

Aux USA, l’importation de plantes en pot enracinées en provenance d’Asie est interdite.

Production

80% des plantes sont cultivées émergées.

Avantages : résistantes, production simple, réserves importantes, longue conservation. Désavantages : adaptation lente à la vie aquatique, perte de feuillage, identification difficile

En immergé :

Avantages : reprise rapide si la plante est fraîche, identification aisée. Désavantages : fragile, sensible, pourriture, stabulation difficile.

En conclusion, les plantes produites en culture immergée sont préférables si elles sont saines et fraîches.

La problématique des plantes importées d’Asie :

- Si ce sont des plantes non enracinées, elles ne peuvent pas être fraîches à l’arrivée

- Il existe un petit vers qui s’attaque aux racines. Si ce vers est trouvé dans un lot, tout le stock doit être détruit. Donc pour pouvoir importer les plantes, il faut qu’elles soient traitées. Certains producteurs traitent les plantes avec un anti-parasitaire, à un point tel que les grossistes à l’arrivée doivent les maintenir en bac spécifique le temps que les produits s’éliminent. Si des poissons étaient mis directement avec elles, ils mourraient.

A. La culture in vitro.

Le principe : Un fragment de plante reconstitue une plante .

Les plantes sont cultivées en labo spécialisé : elles sont en bocal hermétique, dans chambre stérile climatisée , avec une hygrométrie élevée.

Elles sont cultivées sur de la gélose : agar agar

Ajout de :

Minéraux Sucres Vitamines hormones

- Avantages :

qualité standard, homogène. Ecologique Plantes plus touffues Plus de problèmes sanitaires Petites plantes productibles également.

- Inconvénients :

Plantes plus fragiles et sensibles Risque de pourriture (mauvaise conservation)

La technique est généralisée sur les anubias et cryptos.

B. La culture hors sol

Appelée aussi hydroponique

Le substrat est neutre, il n’apporte rien aux plantes. Une solution (eau+O2+minéraux) circule au pied des racines.

Le circuit peut-être :

- ouvert (solution perdue)
- stagnant
- fermé (recyclage de la solution) La solution provient de 3 bacs : le 3° contient de l’acide nitrique (injecté si le PH remonte.)

Le PH est compris entre 5,5 et 6,5 (Compromis : 5,5) L’électroconductivité est comprise entre 1000 et 3000 µS/cm (Compromis : 1500)

En été : EC faible car la consommation d’eau augmente En hiver : EC forte car la consommation d’eau diminue.

Le substrat est souvent de la laine de roche.

Elle ne contient aucun nutriments. Elle est à enlever avant la plantation, car est néfaste pour les poissons. Elle ne provoque pas la pourriture des racines. (Si on trouve parfois des racines pourries chez des plantes dont le pied est dans de la laine de roche, c’est parce qu’il s’agit de plantes emballées au dernier moment, et dont les racines ont été écrasées dans la laine lors de l’emballage ; et non pas de plantes provenant de culture hors sol.)

Des essais ont aussi été faits avec de la mousse, de la fibre de coco.

Eclairage : lampes à vapeur de sodium.

Comment reconnaître une plante de qualité ?

-  Le feuillage :

Sa couleur (jeunes feuilles) Sa forme Préférer les plantes glabres Privilégier la qualité à la quantité (S’il y a beaucoup de brins dans le pot : il s’agit de plantes mises en pot au dernier moment.)

-  L’origine :

Attention si les plantes proviennent d’Asie ou d’un grossiste. Une provenance européenne avec une plante identifiée par une étiquette est un bon signe mais ne constitue pas une garantie de qualité.

-  Godet :

Sa forme, sa couleur, le matériau dont il est fait, évolue au cours du temps.

-  Substrat :

De la laine de roche : OK Présence d’algues ou non Lesté avec des cailloux : OK De la mousse : méfiance, c’est peut-être une plante empotée au dernier moment. Si la plante est enracinée dans la mousse, c’est bon.

-  Racines :

Elles doivent être visibles. C’est le critère principal pour évaluer la qualité, car les racines sont l’organe le plus fragile de la plante. Elles doivent être blanches, sauf chez quelques plantes, par exemple le bolbitis et le microsurum où elles sont noires ; la ceratopteris où elles sont marron.

-  Bouquets

Ils doivent être frais car ils se conservent très mal. Le plomb est encore trop souvent utilisé. Les alternatives sont la spirale d’acier, le pot en terre cuite.

Les plantes en pot enracinées résistent mieux au transports et aux mauvaises conditions de stockage. Les racines sont protégées par le pot.

-  Quelques conseils :

VPC : permet une plus large variété de plantes que celles trouvées en magasin. Si le site n’est pas spécialisé en plantes, il faut se renseigner sur la météo avant de commander.

SAISON : il vaut mieux acheter du printemps à septembre car c’est à cette période que les plantes sont les plus belles chez les producteurs européens.

COUPE des racines avant plantation : sans hésiter, on peut couper une bonne partie des racines chez les échinodorus, les plantes à brins. Par contre il ne faut surtout pas couper chez les bolbitis, cryptocorines, microsorum, ni la seule orchidée aquatique.

Quelques livres pour en savoir plus:

D. Terver : manuel d’aquariologie (3 tomes)

Het aquarium (revue hollandaise)

C. Kasselmann :

- Plantes d’aquarium
- Planted aquarium : creation and maintenance

img Cette page écrite par Pacu  pour AquAgora est sous un contrat Creative Commons.

Ajouter un commentaire

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)


captcha

Association AquAgora | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP