CAPA Facebook
 logo Nguyen   
Accueil du site > Les articles > Divers

Interview d’une crevette...

Publié par joloize – 27 avril 2007 — 4 commentaires

Cette nuit, j’ai rêvé de crevettes ! Vous savez, ces petits machins pleins de pattes qui jouent les funambules dans l’aquarium !



Article sous licence :

CC by-nd

Dans la même rubrique

Cette nuit, j’ai rêvé de crevettes ! Vous savez, ces petits machins pleins de pattes qui jouent les funambules dans l’aquarium ! Elles étaient toutes regroupées dans une sorte de pow-wow invraisemblable, battant des pattes en un rythme étudié, balançant leurs antennes en cadence. Des représentants de toutes les espèces gesticulaient les unes après les autres, formant ainsi un ballet curieusement orchestré selon des rites ancestraux dont la signification m’échappe totalement.

Mais quelle ne fût pas ma surprise, en me réveillant ce matin ! Sirotant mon café devant le petit aquarium, le cerveau encore embrumé dans les vapeurs du récent sommeil, je vois mes crevettes rassemblées en pow-wow !... Tout à fait dans le même genre et avec la même organisation que dans mon rêve, qui me revint alors à l’esprit avec forces détails. Que pouvait-elle bien se raconter ?

Amusé, mais troublé quand même, je m’approche pour mieux les observer. Se sentant épiée, l’une d’elle se tourne moi, agite ses antennes en ma direction, puis se retourne à nouveau vers ses congénères. Des battements frénétiques d’antennes se manifestent alors. L’agitation est à son comble dans le clan des crevettes quand, tout à coup, tout ce beau monde se disperse.

Fin des débats, je replonge mon nez dans la tasse de café fumante. Rassemblant tant bien que mal mes esprits, et à cette heure, c’est une véritable gageure, je m’interroge sur un lien quelconque entre mon rêve et la réalité. Peine perdue, où pourrait bien se nicher une quelconque rationalité entre rêve et réalité ?!

Un « hé ho » aiguë et nasillard me sort quelque peu de ma torpeur. D’où provient cet appel ? De l’aquarium, semble-t’il. Impossible ! Mais l’appel est réitéré et semble provenir de cette mini-crevette scotchée derrière la vitre de l’aquarium. Les sourcils en accent circonflexe, je m’approche, médusé...

« qd mèm c pa tro to, t dur doreye ! » entends-je, complètement abasourdi. Voilà que j’entends une crevette parler ! C’est tout vu, sois je suis devenu fou, soit je retourne me coucher !

« on cé réuni é on a dsidé 2 te cozé » me fait-t’elle avec assurance, bien campée sur ses frêles pattes. Allons bon, v’la aut’ chose ! Et c’est sur moi que ça tombe ! Mais le plus invraisemblable, le plus irrationnel est encore à venir : je lui réponds !

« euh... oui, et de quoi voudrais-tu me parler ? » osais-je, sans grande conviction. Vous avouerez que la situation n’étant pas banale, je reste quelque peu sur mes réserves. Une distance de bon aloi diraient certains.

« ben on né pa bi1 trété » fait-elle. Si ce n’eût été la vitre qui nous sépare, je lui aurais bien arraché une patte ou deux afin de lui clore les mandibules à cette petite effrontée... Maltraitée ! Avec tout le mal que je me donne pour leur offrir des conditions de vie correcte à défaut d’être optimale ! Non mais !

« ah ! Et qu’est-ce qui ne va pas ? »
« on voudré + 2 respé é + 2 bone boufe »
« j’ai rien compris... tu peux essayer en français ? »
« coné pô, g parle ’vette, ta ka fèr 1 éfor »
« on dirait du SMS, c’est infernal ! »
« SMS ? c parey, ns on é d jeun é c pa un vx croulan ki va fèr la loi »
« on parie ! »

Là, il faut quand même que je vous dise que j’ai fait la promesse envers la crevette porte-parole, de ne pas altérer ses propos et de vous retranscrire fidèlement notre discussion. Il va falloir faire preuve, vous aussi, d’un minimum de compréhension. L’événement est assez rare pour mériter d’être déchiffré. Je pense d’ailleurs que certains d’entre vous devraient avoir plus de facilité que d’autres !

« on en a mar 2 boufé lé k k d poiscaye »
« mais je vous donne des perles à base de spiruline, des mets savamment étudiés pour les crevettes ! »
« toi oui, mé pa lé zaut’ »
« quels autres ? »
« té cop1 aquariofil là »
« ah ! et tu crois peut-être que je vais aller les voir un par un pour leur expliquer ? »
« té rédac’ ou pa sur kkgorra, ta ka leur dir ki zon tt fo »
« ah ! Et tu crois peut-être que quelqu’un va me croire si je lui raconte notre entretien sur AquAgora ? »
« chaq1 sa krot, moi g te di se kon a déssidé »
« eh bien, quelle histoire, si je ne suis pas à l’asile ce soir, c’est un coup de chance ! »
« bon tékoute ou pa, g pl1 2 truk a dir, moi »
« oui, d’accord, je t’écoute, vas-y, envoie la sauce ! »
« kel sosse ? »
« c’est une expression pour dire que tu peux tout me dire, voilà, tu es satisfaite ? »
« g eu peur 1 instan »
« parle ou je sors le pot de sauce armoricaine, c’est très bon avec les crustacés ! »
« o é 1 bon... fo pas joué o méchan, 1 ! »
« puis-je me permettre de revenir à vos revendications, si toutefois cela est encore d’actualité ? »
« sa lé ! on veu dé rassine pr la celuloz, des kachèt, du sable f1 »
« du sable F1 ? c’est du sable de compétition ? vous voulez jouer à Schumacher dans l’aquarium ? »
« fin le sabl, krét1 »
« ah ! oui, je comprends, mais que veux-tu, au collège je n’ai pas pris SMS en deuxième langue ! »
« ta u tor, cété + 1teligean »
« bon, pour vos desiderata, y aurait-il encore une ou deux choses dont vous souhaitez me faire part ? »
« oui... dé plante, dé algue, dé ver »
« des glaçons et un litre de pastis peut-être ! »
« nan, 1béssil, dé ver à mangé, mé dé ki gigote, pô ke dé truk tt sek »
« pardon, c’était juste un peu d’humour !... »
« moi pa rigolé là... on veu 2 la mouss 2 java, 1 grosse... »
« une grosse quoi ? »
« 1 gross touf 2 mouss, pr se planké é pr no bb »
« accordé, et puis quoi d’autre encore ? »
« c tt, ta tt noté ? »
« euh, oui... enfin, je crois ! Si tu as autre chose à me dire, tu sais où me trouver, n’est-ce pas ? »
« fo pa révé, c pô sure kon te coz enkor »
« ah ! dommage, car j’ai bien quelques questions à te poser moi aussi »
« nan, ta ka ns observé, tu sé fèr, 1 »

J’ai eu beau la rappeler, rien à faire, elle s’est faufilée sous une noix de coco recouverte de mousse de java et ne m’adresse plus la parole depuis. C’est rageant, au lieu de dire des bêtises, j’aurais dû en profiter pour la questionner. Mais avouez que la situation était si incroyable, que je n’ai pas du tout réalisé sur l’instant, que ce moment magique devait avoir une fin.


Creative Commons License
Ce texte a été rédigé par Jean-Olivier LOIZE pour AquAgora et mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

4 commentaires

  1. Le 13 mai 2007 à 20:09, par seki (ou Maeva au choix)

    Tu me fais peur mon ptit papa 0.0

    Sinon sympa l’histoire :p Si ce n’est que j’ai eu du mal à déchiffrer le language SMS xD

    Bisous ;p

  2. Le 25 mai 2007 à 10:42, par Colombine

    Il faut avoir les neurones bien allumés là ;o)

    Excellente cette petite histoire.

    Bon, ça c’est fait....

    Retour au boulot

  3. Le 12 juin 2007 à 18:12, par Jarjar

    Oui, hum hum, comment dire.... Cela doit venir de votre petite enfance, passez à mon cabinet, une analyse sympose.
  4. Le 29 juin 2007 à 02:30, par pepejul

    Contrairement à ce que j’aurais cru c’t’assez compréhensible !

Ajouter un commentaire

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)


captcha

Association AquAgora | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP