CAPA Facebook
 logo Nguyen   
Accueil du site > Le bac du trimestre

"Hiver 2006 : Green Reef" d’Harald Schneider

Rédigé par Mellonman + traduction par ElTofi et Notho... - Publié par Kookaburra – 13 avril 2007

Un bac, une saison
Voici l’interview d’Harald Schneider, le bac de l’hiver 2006. Cet interview a été réalisé par Mellonman.



Article sous licence :

CC by-nc-nd

Dans la même rubrique


* Quel âge avait ce layout au moment de la prise de photos pour le concours AGA ?

- J’ai commencé ce nouveau bac en installant le « récif » fin Novembre 2005. A ce moment-là, je n’avais qu’un petit tiers des pierres de lave, et cela a pris un certain temps avant de pouvoir disposer de toutes les pierres de lave nécessaires. La séance de photo pour la revue allemande "AMAZONAS" (pour laquelle j’ai écrit un article détaillé sur "Green Reef") a été réalisée en Mai 2006. Les clichés choisis pour le concours AGA sont issus de cette séance photo. Il y a donc eu environ 6 mois entre le début du bac et la séance de shooting. Comme il n’y avait aucune information disponible sur la réalisation d’un "récif d’eau douce" ; j’ai investi beaucoup de temps pour obtenir une composition qui me satisfasse.

* L’esthétique de cet aquarium provient-elle d’une source d’inspiration particulière ?

- Dans mon parcours aquariophile, j’ai d’abord commencé avec les techniques d’aquariophilie "salée". Ce n’est que plusieurs années plus tard que j’ai commencé en eau douce, et particulièrement avec les bacs plantés. J’ai essayé de transposer l’image d’un récif dans un bac d’eau douce.

* Pourriez-vous nous soumettre quelques photos de la mise en eau (particulièrement pour voir comment vous avez réalisé le relief) afin de nous dévoiler son évolution ?

- Le récif a été un éternel chantier où il y avait tout le temps quelque chose à réaménager, à droite, on voit encore les espaces vides entre les pierres.

- Pour la construction du récif, des grosses pierres de lave poreuses ont été utilisées. Sur la partie gauche, on voit la Tonina belem, extrêmement difficile à soigner. Je l’ai ramenée directement de Taiwan. Tonina belem vit en symbiose avec des champignons Mykhorrhiza. Si ce champignon manque, l’absorbtion des phosphates par la plante est fortement réduite.

"Green Reef" prend tout doucement forme

"Green Reef" dans sa phase optimale

et le résultat présenté au concours AGA

* Pouvez-vous nous donner les paramètres de l’eau de ce bac (température, KH, pH, GH, CO2 et NO3), et nous renseigner sur vos changements d’eau ?

- "Green Reef" a les paramètres suivants : Température 24°C, GH 4, KH 1,5 et conductivité à 195 µS, phosphates et nitrates ne sont pas mesurables. La valeur du pH est à 6,5 le matin et à 6,8 le soir. La différence de pH est de 0.3 et accuse une concentration de CO2 de 13 mg/l le matin et 6 mg/l le soir. Je change 20% de l’eau du bac chaque semaine, avec un mélange de 80% d’eau de pluie et 20% d’eau de conduite.

* L’éclairage est relativement faible dans cet aquarium, pour un bac planté, et malgré tout, vous maintenez des plantes qui sont réputées comme exigeantes en lumière (Glossostigma elatinoides et Hemianthus Callitrichoides "cuba" notamment). Comment l’’expliquez-vous ?

- Je pense que c’est un mythe de dire que Hemianthus Callitrichoides "cuba" et Glossostigma elatinoides ont absolument besoin d’un éclairage supérieure à 0,3 watt par litre. Je tiens pour beaucoup plus important de mettre à disposition de ces plantes une eau douce et une adjonction de CO2.

* A quelle hauteur est installée le projecteur HQI et quelle est sa température de couleur ?

- Ce que j’apprécie particulièrement avec le HQI, c’est le très beau rendu naturel de la lumière qui se réfléchit sur l’eau en mouvement de la surface. La rampe HQI est à 32 cms au-dessus du bac. Avec cette hauteur, tous les secteurs du récif sont bien éclairés. L’ampoule s’appelle "aqualine 5000 70 W dw" et a une température de 5500 Kelvin. La durée d’éclairage est de 13 heures non-stop.

* Pourquoi n’utilisez-vous pas de CO2 ?

- Malheureusement, j’ai complètement oublié de décrire mon installation CO2 sur le formulaire d’inscription du concours AGA. En moyenne, il y a 10 mg par litre de CO2. Auparavant, j’ai été un très grand partisan du CO2 et j’avais des valeurs jusqu’à 35 mg par litre. D’après mes récentes expériences, je peux affirmer que des concentrations supérieures à 15 mg par litre n’apportent aucune augmentation notable de la croissance des plantes.

* Comment se passe le brassage dans votre aquarium (types et positions des rejets) ? L’importante masse des pierres de lave n’est-elle pas un obstacle au brassage ?

- La construction en filigrane du récif, avec tout ces trous ou ses aplombs rocheux freine effectivement passablement le brassage. La pompe initiale de 750 litres par heure n’était finalement pas assez puissante pour amener les nutriments nécessaires dans les épais tapis végétaux et pour éliminer les déchets en suspension. C’est pourquoi elle a été remplacée par une 1200 litres par heure. Le brassage horaire est désormais de 6 fois le contenu du bac, ce qui semble beaucoup pour un bac d’eau douce, mais qui semble fort bien convenir à mes plantes.

* Votre bac est brassé, mais pas filtré. Quels sont les avantages et les inconvénients de ce système ? Votre méthode de fertilisation particulière (utilisation de NH4), est elle en lien avec l’absence de filtration (pour éviter que les bactéries nitrifiantes ne transforment l’ammoniaque en nitrates) ?

- "Green Reef" n’utilise en effet pas de masses filtrantes à travers laquelle l’’eau circule "sous contrainte", et j’ai en effet renoncé à ce type de filtre dans mes autres bacs également.

- Pour moi, il y a 3 avantages importants à avoir des bacs plantés avec peu de poissons sans masses filtrantes :

a) Les masses filtrantes sous flux contraint sont connues pour faire précipiter en grandes quantités les éléments nutritifs EDTA et ralentir par là-même la croissance des plantes. Ce n’est pas pour rien qu’on les appelle en Allemagne "pièges à fer" ou "EDTA-Killer". Il y a des retours d’expérience qui indiquent que les plantes en bacs filtrés consomment plus de 300 % de la dose nécessaire d’engrais végétal. Cette surconsommation ne peut s’expliquer qu’à travers les filtres "EDTA-Killer".

b) En plus du CO2, le NH4 est un nutriment très efficace. D’après Diana WALSTAD, (Ecology of the Planted Aquarium) les plantes immergées couvrent leurs besoins en azote à travers le NH4. Les plantes utilisent généralement d’abord les nitrates, quand le NH4 vient à manquer. Quand les plantes immergées ont la possibilité de choisir entre différentes sources d’azote, elles prennent selon la disponibilité NH4, NO3 ou encore de la carbamide, à l’aide de l’enzyme "Urease". L’ammoniac est très rapidement transformé sous l’action des bactéries d’un filtre en nitrites (NO2) puis en nitrates et est ainsi disponible pour les plantes uniquement sous réserve. Sans l’action d’un filtre, les NH4 restent bien plus longtemps présents.

c) Je vois un autre avantage à avoir un bac très planté sans filtre, c’est que les algues bleues (Cyanobactéries) ne sont pas favorisées. Puisque les bactéries d’un bac sans filtre doivent trouver une place sur la décoration et sur les plantes, formant là une biopellicule stable, les Cyanobactéries ne trouvent plus de support viable.

- Je ne vois pas de désavantage particulier à avoir un bac sans filtre. On ne peut sans doute pas avoir autant de poissons de cette manière, mais de toutes façons. De mon point de vue, beaucoup de poissons dans un bac planté m’apparaissent inesthétiques et vraiment dérangeant.

* Pouvez-vous nous en dire plus sur la méthode de fertilisation de cet aquarium ?

- D’après moi, on peut soutenir la croissance des plantes, en utilisant une eau douce avec valeurs maximales Kh3, et une bonne fertilisation avec plus volontiers trop que trop peu de nutriments. Un engrais moderne devrait contenir tous les oligo-éléments nécessaires aux plantes et devrait également pouvoir fournir en permanence les macro-éléments tels qu’azote, phophate et potassium.

* Pourquoi avez-vous réalisé un aquarium techniquement différent ? Il eût été plus facile de rester dans une voie classique (éclairage puissant, filtration standard …)

- Je suis longtemps resté sur les chemins faciles et sécurisant et j’ai souvent sur-dimensionné ma filtration et mon éclairage pour obtenir un meilleur résultat. Je sais aujourd’hui que ce peut être le défi d’emprunter d’autres chemins et de parvenir à obtenir de très bons résultats. Quitter les chemins connus procure beaucoup de plaisir et un réel "frisson" en matière de bacs plantés. Je suis un "marginal" ;-)

* Questions générales :

* Faites-vous de l’aquariophilie depuis longtemps et pourquoi vous êtes-vous orienté vers le secteur particulier des bacs plantés ?

Je soigne depuis plus de 20 ans des plantes d’aquarium avec un amour et une dévotion particulière. Un aquarium très densément planté a toujours exercé sur moi un certain attrait, mais depuis que j’ai découvert les harmonieux et fascinants bacs naturels japonais, je suis comme qui dirait possédé par les bacs plantés.

* Avez-vous d’autres réalisations à nous montrer ?

Small Reef”, 65 x 40 x 30 cm, 2 x 15 W – 6500°K Hemianthus Callitrichoides “cuba”, Cladophora aegagrophila, Fontinalis antipyretica et Utricularia graminifolia

SimplyForrest”, 60 x 30 x 30 cm, 1 x 15 W – 6500°K Pogostemon helferi (Downoi), Freshwater Seaweed, Cryptocoryne spec., mousse non identifiée

* Quelles sont généralement vos sources d’inspiration pour la réalisation d’un paysage aquatique ?

- Pour "Green Reef", le départ était incontestablement un récif corallien. Le lay-out particulier m’est apparu en tête très spontanément et d’une traite. Je ne fais jamais de plans ou d’esquisses, mais je laisse s’exprimer mes sentiments durant la planification et la réalisation d’un aquarium.

* Quels conseils donneriez-vous à un débutant en bacs plantés ?

- Je recommanderais d’abord au débutant la patience et aussi d’avoir en tête une représentation sommaire de ce à quoi son bac devrait ressembler dans le futur. Egalement, la technique ne devrait pas dépasser un certain stade. Pour ne pas trop déranger l’harmonie d’un bac planté, je conseille de ne pas trop charger en poissons. Une plante solitaire classique attirera l’oeil de l’observateur et donnera encore plus une impression générale de profondeur sur l’arrière plan. Je recommande le principe que plus un bac est petit, moins il doit y avoir d’espèces de plantes.

- Je recommanderais également d’utiliser un sable fin comme substrat de fond et au minimum 0.3 watt par litre d’éclairage. Je tiens également pour important de fournir les macro-éléments N-P-K sans lesquels les algues s’établissent plus facilement.

- Contre les algues, un seul leitmotif : "N’entreprend rien contre les algues, mais fais tout pour les plantes".

* Avez-vous un projet dont vous aimeriez nous parler ?

Actuellement, je n’ai pas vraiment de nouveau projet, cependant, je souhaite présenter au prochain concours AGA à nouveau un lay-out "hors-normes" et provocant.

img Cette page écrite par Mellonmann pour AquAgora est sous un contrat Creative Commons.

Ajouter un commentaire

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)


captcha

Association AquAgora | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP