CAPA Facebook
 logo Nguyen   
Accueil du site > Les Guides > La F.A.Q. AquAgora : comment bien démarrer un aquarium.

FAQ : Le matériel

Publié par Véronique – 18 mars 2007

De nombreux magasins aquariophiles et grandes surfaces vendent des aquariums en kit contenant "tout ce qu’il faut". Cependant, un acheteur attentif regardera ce que le kit contient... Les offres varient d’un magasin à l’autre et certaines sont mieux adaptées que d’autres.



Article sous licence :

CC by-nd

Dans la même rubrique

3.le matériel

Où acheter le matériel

De nombreux magasins aquariophiles et grandes surfaces vendent des aquariums en kit contenant "tout ce qu’il faut". Cependant, un acheteur attentif regardera ce que le kit contient... Les offres varient d’un magasin à l’autre et certaines sont mieux adaptées que d’autres. Soyez très prudent en ce qui concerne le matériel proposé, souvent obsolète et sous dimensionné (pompes bruyantes, chauffe-eau bon marché, etc.).

Les brocantes et ventes d’occasion permettent souvent de débuter à bas prix. Attention cependant : vérifiez l’aquarium afin de détecter d’éventuelles fêlures ou des rayures. Bien qu’une vitre cassée puisse être changée, ça n’en vaut pas la peine pour un débutant, le travail étant assez délicat. N’achetez pas de cuve rayée ; les algues poussent dans les rayures ce qui rend le bac disgracieux. Evitez le matériel trop ancien, qui risque de ne plus fonctionner correctement.

Avant de mettre en place l’aquarium (et tout particulièrement dans le cas d’une cuve d’occasion), vérifiez qu’il ne présente pas de fuites. Remplissez-le dehors et laissez-le ainsi pendant une semaine. Une fuite dans votre garage est toujours moins préjudiciable que dans votre séjour.

Pour nettoyer la cuve, N’UTILISEZ AUCUN savon, ni détergent. Utilisez seulement de l’eau. Si vous voulez stériliser la cuve, le gravier, ou tout autre chose, nettoyez le tout avec une solution diluée d’eau de javel ou d’eau oxygénée (utilisez de l’eau de javel pure, et non de l’eau de javel contenant des additifs). Rincez le tout avec de l’eau propre, et laissez sécher. Le gravier peut également être stérilisé par ébullition.

Pour enlever les traces de calcaire, utilisez du vinaigre blanc.

Matériel  : ce qui est indispensable, ce qui ne l’est pas

Quantité d’articles pour aquarium sont disponibles dans les magasins spécialisés. Certains sont essentiels, d’autres sont utiles dans certains cas particuliers, et certains sont complètements inutiles (bien que certains vendeurs prétendent le contraire). La liste ci-dessous propose ce qui semble être incontournable.

La cuve

Les cuves d’aquarium existent sous diverses formes et tailles, mais il n’en existe que 2 types dans le commerce : le verre et l’acrylique. Vous vous tournerez probablement vers un bac en verre, plus classique et pas cher.

La taille et la forme de la cuve sont laissées à votre libre appréciation. Il faut tout de même avoir à l’esprit les points suivants :

  1. Contrairement à ce qu’on peut imaginer, les aquariums de grande taille ne demandent pas plus de travail ni d’entretien que les plus petits. En particulier, il est plus facile de maintenir une chimie de l’eau stable dans un grand bac que dans un petit (moins il y a d’eau, plus une modification d’un paramètre se fait ressentir en concentration). En dessous de 100 litres, on considère qu’il s’agit d’un petit bac !

    Le travail de maintenance ne demande pas deux fois plus de travail pour un bac deux fois plus grand. Par exemple, un changement d’eau partiel régulier pour un grand bac va demander un seau d’eau de plus que pour un plus petit bac, ce qui ne signifie pas deux fois plus de travail, puisque vous avez déjà le seau et le siphon prêts, vos mains sont mouillées, etc...

  2. Il est très probable que vous apprécierez vos poissons et que vous désirerez en avoir plus. Un aquarium plus grand pourra accueillir plus de poissons sans risque. En effet, un "petit" aquarium de 54 litres ne doit pas accueillir plus d’une douzaine de poissons de petite taille.

  3. Il faut cependant noter que le nombre de poissons que peut accueillir un aquarium ne dépend pas seulement de son volume, mais aussi de sa forme. Par exemple, certains poissons passent toute leur vie au fond de l’eau, sur le sol. Doubler la contenance de votre aquarium ne permettra pas d’héberger deux fois plus de poissons de fond. La surface est un facteur très important et parfois même plus fiable pour déterminer la quantité de poissons qu’il pourra recevoir.

Lorsque cela est possible, commencez avec une cuve de 80 litres plutôt que de 40. Un bac de 96 litres (80 cm de long) constitue un excellent bac de démarrage. Évitez les bacs de moins de 40 litres. Ils sont tout simplement trop petits pour assurer un équilibre biologique. Bien que beaucoup de magasins en vendent, la boule pour poisson rouge de 5-10 litres est parfaitement inadaptée, même pour un seul poisson. En fait, la règle est assez simple : choisissez un bac aussi grand que votre budget et la place disponible vous le permet.

Axiome numéro 1 de l’aquariophile : Un aquarium est toujours trop petit ! ©Véronique

Le Chauffe-eau

Si vous voulez conserver des poissons tropicaux, vous aurez besoin d’un chauffe-eau. Celui-ci permet d’assurer une température minimale, et ce tout au long de la journée ainsi que la nuit. Pour la plupart des poissons tropicaux, une température de 26°C est idéale.

Il existe deux catégories principales de chauffe-eau. Les combinés chauffant submersibles sont entièrement immergés. Un autre type, plus ancien, possède une partie immergée qui contient la résistance et une partie dont la tête doit rester émergée, laissant la molette de réglage hors de l’eau. Les modèles entièrement immergeables sont à préférer ; ils peuvent être placés horizontalement au fond d’un aquarium. Cette position aide à maintenir la température uniforme et empêche le chauffe-eau d’être exposé à l’air lors des changements d’eau. Avec le modèle classique, il faut penser à débrancher le chauffage lors des changements d’eau, car si la résistance est placée hors de l’eau, sa température peut s’élever et lorsqu’elle est replacée dans l’eau, elle risque de casser (par choc thermique).

Généralement un seul chauffe-eau d’environ 1 watt par litre suffit, pour des bacs jusqu’à 300 litres. Souvenez-vous, le chauffe-eau doit pouvoir maintenir la température de l’eau à une valeur identique, et ce quelle que soit la température de la pièce.

Les chauffe-eau (en particulier ceux qui sont bon marché) tombent en panne. La plupart du temps, le contacteur bilame qui commande la résistance reste collé. S’il reste collé en position marche, votre bac peut atteindre des températures très élevées. Pour minimiser les risques, éviter donc les chauffe-eau de puissance surdimensionnée. Et pour limiter les risques de désastre en hiver, utilisez plutôt deux petits chauffe-eau à la place d’un modèle plus puissant. De cette manière, si l’un d’entre eux tombe en panne, les conséquences seront moins désastreuses.

Le Thermomètre

Vous aurez besoin d’un thermomètre pour vérifier que votre bac reste à la bonne température. Il en existe plusieurs types. Le premier est le modèle immergé traditionnel en verre. Le second est tout plat et se colle à l’extérieur du bac contre une vitre. Les cristaux liquides qui le composent rendent compte de la température, la lecture est aisée.

Les thermomètres pour aquariums sont souvent peu fiables (regardez ceux qui sont présentés dans les magasins, ils devraient tous indiquer la même température, ce qui est loin d’être le cas). Aussi, lorsque vous achetez un thermomètre, prenez-en un qui indique une température moyenne par rapport à ses voisins.

Il existe enfin des thermomètres électroniques, munis d’une sonde placée dans l’aquarium. Leur lecture est très aisée et leur précision supérieure à celle des autres modèles. Seule ombre au tableau, ils coûtent beaucoup plus cher que les deux modèles précédemment cités.

Les Filtres

Il existe trois grands types de principe de filtration : biologique, mécanique et chimique.

- La filtration biologique décompose l’ammoniaque toxique que produisent les poissons. Tous les aquariums DOIVENT posséder une filtration biologique ; c’est la filtration la plus économique, la plus efficace et le meilleur moyen d’éviter l’accumulation de produits azotés dangereux.

- La filtration mécanique collecte les particules telles que les débris de feuilles, la nourriture non consommée, etc. ce qui permet de les supprimer du bac avant qu’ils ne se décomposent.

- La filtration chimique (charbon actif, zéolite, etc.) peut aider à éliminer (dans une certaine limite) des substances azotées, les métaux lourds, les composés organiques dissous, etc. par action chimique ("absorption" ou "résines échangeuses d’ions").

La filtration chimique est surtout utilisée pour traiter des problèmes ponctuels, tels que l’élimination de médicaments après traitement ou la purification de l’eau de conduite. Un bac en bonne santé N’A PAS BESOIN de filtration chimique, donc pas besoin de charbon !

Le point essentiel : tout bac contenant des poissons doit posséder une filtration biologique. La filtration chimique n’est pas une solution.

La plupart des filtres classiques combinent ces différents modes d’action en série suivant le sens de passage de l’eau. La filtration mécanique vient en premier, capturant les particules qui risqueraient de boucher le système de filtration. La filtration biologique vient généralement après, suivie parfois d’une filtration chimique.

Il n’existe pas de filtres sans entretien. Si les débris s’accumulent dans la partie mécanique, ils vont se décomposer, annulant l’effet bénéfique initial. De la même manière, l’efficacité d’un filtre biologique diminue en se bouchant. La filtration biologique nécessite que l’eau traverse une grande surface sur laquelle les bactéries se développent (les "nouilles" en céramique, ou la pouzzolane, par exemple). Plus la surface diminue, plus l’efficacité baisse. Les filtres extérieurs sont nettoyés en rinçant les masses filtrantes dans un seau d’eau provenant de l’aquarium ( l’eau de conduite risquant de tuer les bonnes bactéries si elle contient trop de chlore).

Il n’y a pas de formule magique pour calculer la taille que doit avoir un filtre. Lisez les notices des fabricants et prévoyez large. Vous ne risquez pas de trop filtrer (vous aurez seulement trop de mouvement d’eau) ; filtrez trop plutôt que pas assez. Pensez aussi que la puissance du filtre est toujours indiquée pour un filtre vide : une fois rempli de mousses ou de granulés, son débit diminue de moitié environ !

La filtration biologique n’est pas toujours obligatoire, dans des bacs avec des changement d’eau très importants, une filtration mécanique peut suffire. Dans des petits bacs, on a pas toujours la place pour installer une filtration biologique.

Le sol, sable ou gravier

Le gravier a trois grandes fonctions. Premièrement, il décore, rendant votre bac plus attrayant. Deuxièmement, il joue un rôle essentiel de support de filtration (les bactéries s’y fixent). Troisièmement, dans les bacs plantés, il sert de substrat aux racines des plantes.

Le sable est aussi trés important pour certaines espèces de poissons fouisseurs, terrassiers (pour la reproduction par exemple), ou ayant certaines habitudes alimentaires (Geophagus par exemple). 2-4 mm est peut être une bonne granulométrie pour les plantes, mais pour les poissons elle doit s’adapter à ce que l’on maintient.

La couleur et la granulométrie sont laissées à votre libre choix. Il faut savoir que les sols de couleur foncée mettent en valeur les couleurs des poissons mais qu’ils absorbent beaucoup la lumière et que certains poissons présentent des teintes plus sombres, les Discus par exemple.

Le gravier pour aquarium est généralement conditionné en sac plastique. Il coûte souvent assez cher. Il peut également être acheté à des prix beaucoup plus intéressants dans des magasins de matériaux de construction. Cependant, il est alors généralement de granulométrie trop importante et de couleur claire. Le sable pour filtration de piscine peut également être utilisé. La granulométrie idéale est de 2-4 mm.

Il faut savoir que tous les graviers ne sont pas inertes. Les sables de coraux et de coquillages relâcheront par dissolution des carbonates dans l’aquarium, augmentant du même coup le pouvoir tampon. Lorsqu’on désire garder des Cichlidés des grands lacs africains, cela peut-être souhaitable. Mais dans la plupart des autre cas, il vaut mieux éviter que le gravier modifie la chimie de l’eau. Attention donc de ne pas choisir un sable calcaire pour mettre dans un aquarium d’eau douce et acide, type biotope amazonien.

Pour effectuer un test rapide, déposez une goutte d’acide (par exemple du vinaigre) sur le gravier en question. S’il se met à produire de la mousse ou des bulles, le gravier contient du calcaire. Pour être absolument sûr, remplissez un seau de gravier avec de l’eau et mesurez le pH et la dureté après une période d’une semaine. S’ils sont restés stables, le gravier est sans danger pour votre usage.

Lorsque le gravier est utilisé pour la première fois, il doit être lavé à fond. Il suffit pour cela de le rincer abondamment à l’eau courante jusqu’à ce que celle-ci devienne claire (l’eau du robinet convient parfaitement). Par exemple, placez le gravier dans un seau, remplissez-le avec de l’eau, et brassez le gravier dans le seau. Égouttez l’eau et répéter l’opération jusqu’à ce que l’eau reste claire. Avant d’utiliser un gravier d’origine inconnue, mieux vaut (par précaution) le faire bouillir pendant 15 minutes pour tuer les bactéries indésirables.

Racines et autres décorations

Vous pouvez tout mettre dans un aquarium pour peu que les éléments concernés soient inertes, c’est-à-dire qu’ils ne libèrent aucun produit chimique dans l’eau. La plupart des matières plastiques sont inertes, ainsi que le verre et la céramique.

Le bois peut relâcher des substances dans l’eau, modifiant du même coup le pH de manière dangereuse. Les racines relâchent souvent des tannins et autres acides humiques, adoucissant l’eau et abaissant le pH. L’eau peut également se colorer en une teinte jaune thé. La coloration est sans danger et peut être estompée en filtrant sur charbon actif.

Si vous utilisez du bois que vous avez trouvé, faites le bouillir longuement pour tuer tout agent pathogène éventuel. Si vous le faite bouillir, il sera également plus facile de le faire couler.

Pour empêcher la racine de flotter, vous pouvez accrocher cette dernière avec une pierre (ou une plaque de verre) en employant du fil de pêche.La pierre (ou la plaque de verre) sera enterrée dans le gravier.

La galerie et l’éclairage

Vous voudrez équiper votre bac d’un éclairage et peut-être d’un couvercle. Un couvercle empêche les poissons de sauter hors du bac et diminue l’évaporation ainsi que les variations de température du bac. Un bon couvercle ferme efficacement le bac (excepté une ouverture pour laisser passer les fils du chauffe-eau et du filtre). Vous devez veiller à minimiser l’évaporation. Elle peut en effet accroître de façon significative l’humidité de la pièce et il vous faudra compenser l’évaporation une ou deux fois par semaine, par un ajout d’eau osmosée.

Il y a deux styles de galeries. Les galeries complètes combinent la lumière et le couvercle en un seul ensemble et comprennent 1 ou 2 tubes fluorescents, qui suffisent pour les poissons, mais qui sont presque toujours insuffisants pour la croissance des plantes. Le couvercle composé de deux bandes de verre est très simple, mais il ne constitue pas un éclairage. Une source lumineuse est alors placée par dessus. Ceci permet de changer la puissance d’éclairement sans avoir à changer le couvercle tout entier (surcoût qui serait inutile) lorsque le besoin s’en fait sentir.

L’éclairage a deux fonctions  : il met en valeur les couleurs des poissons et fournit l’énergie pour les plantes. Malheureusement, les deux types de lumière nécessaires sont peu compatibles. Si vous voulez conserver des plantes, il vous faudra plus de lumière, et un bon spectre lumineux des tubes fluorescents devient alors indispensable.

Pour faire grandir des plantes, les tubes fluorescents sont un bon choix. Les lampes à incandescence produisent beaucoup de chaleur et surchauffent l’aquarium en été. Les tubes fluorescents sont plus froids et sont plus économiques pour la même production de lumière. En été, ils peuvent néanmoins conduire à une surchauffe du bac, si votre maison est déjà chaude.

Malheureusement, la lumière fait pousser autant les algues que les plantes. Si un aquarium sans plantes est bien éclairé, il est vite envahi d’algues. C’est pour cela qu’un bac sans plantes ne doit pas être éclairé de la même manière qu’un bac qui doit en accueillir. Deux composantes de la lumière sont à considérer. La puissance et le spectre. Les plantes nécessitent une lumière intense et certaines parties du spectre lumineux entraînent une croissance plus forte que d’autres.

Il existe différents types de tubes qui émettent des lumières de qualité spectrales différentes. Les tubes nommés tubes de spectres solaires (daylight) essayent de reproduire le rayonnement du soleil. Ils sont intéressants à la fois pour la croissance des plantes et pour faire ressortir les couleurs naturelles des poissons. Les tubes conçus spécialement pour les plantes (par exemple GroLux, etc.) produisent tout particulièrement une lumière composée de longueurs d’ondes qui stimulent la croissance des plantes. mais aussi celle des algues !!

De tels éclairages permettent une bonne croissance des plantes (et des algues) mais les poissons ne sont pas bien mis en valeur car la lumière n’a pas un spectre normal, proche de celui du soleil. La lumière produite par les néons blancs standards a été conçue pour les êtres humains (dans les bureaux sans fenêtres). Elle ne permet ni la croissance des plantes, ni de faire ressortir les couleurs naturelles des poissons. Pour énoncer une règle rapide, il faut de 1 à 2 watts par litre d’éclairage adapté pour les plantes ; pour les aquariums ne contenant que des poissons, utilisez moins d’un 1 watt par litre et évitez l’utilisation de néons spéciaux pour les plantes.

Pour un petit bac de moins de 20 litres (destiné au Betta ou aux crevettes par exemple), une simple lampe de bureau est suffisante

Pour un bac sans plantes, un bon éclairage n’est pas vraiment nécessaire :ON peut très bine ne mettre qu’un ou deux néons, juste pour bien voir les poissons et n’avoir qu’1W pour 5 ou 10 litre. On peut même ne pas éclairer du tout certains bacs de repro par exemple.

Les pompes à air

La pompe à air envoie des bulles d’air dans l’aquarium. Elle remplit trois fonctions.

- Premièrement, certains considèrent qu’elle sert de décoration avec ses bulles.

- Deuxièmement, grâce au brassage, elle contribue au brassage donc à l’aération et la bonne oxygénation de l’aquarium. Elle n’est pas indispensable pour remplir cette fonction tant qu’un mouvement d’eau suffisant est assuré en surface. C’est généralement le cas si vous orientez la sortie du filtre vers la surface de l’eau pour créer un remous. Attention la pompe n’envoie pas d’oxygène dans le bac mais seulement de l’air... ( qui ne contient que 20% environ d’oxygène..)

- Troisièmement, la pompe à air peut être utilisée pour alimenter un exhausteur, afin d’extraire l’eau d’un système de filtration. C’est le cas de certains anciens filtres sous sable et des petits filtres à mousse, qu’on emploie souvent dans des petits bacs d’élevage.

En conclusion, la pompe à air n’est pas utile pour peu que votre aquarium possède une bonne circulation d’eau et un bon brassage en surface.

Le support

Vous aurez besoin d’un support adapté pour accueillir votre bac. Celui-ci peut ne pas avoir été spécialement conçu pour recevoir un aquarium (exemple d’un meuble). Par contre, il doit pouvoir supporter le poids du bac. Quand celui est rempli d’eau, il pèse très lourd.

Si votre appartement est vieux ou pas très robuste, prenez soin de placer l’aquarium près d’un mur porteur. Plus le piètement de votre support est d’une surface élevée, moins la force exercée au sol par unité de surface est élevée. Évitez d’avoir des piètements qui transpercent le sol ! Si vous projetez d’acquérir un grand bac (500 litres ou plus), soyez sûr que le sol lui-même peut supporter un tel poids. Pour les grands aquariums, essayez de placer le bac perpendiculairement aux poutres porteuses (afin que le poids soit distribué sur plusieurs poutres porteuses). Placez votre bac près d’un mur, c’est moins risqué que de le mettre au centre d’une pièce.

L’emplacement doit bien entendu être très horizontal. Ceci permet de mieux distribuer les charges et diminue les risques de casse. Pour permettre une parfaite distribution de la charge, il est nécessaire de placer entre le bac et son support une plaque de polystyrène expansé, sagex, d’une épaisseur d’au moins un centimètre, qui uniformise la portance et empêche les catastrophes engendrées par un simple grain de sable qui se serait glissé sous la vitre porteuse d’un bac.

Les plantes

Il existe deux "types" de plantes : les plantes naturelles et les plantes en plastique. Ces deux catégories contribuent à la décoration et constituent des cachettes pour les poissons. Les plantes en plastique sont faciles à garder (et pour cause !), mais elles se recouvrent rapidement d’algues. Cependant, il est tout à fait possible de faire pousser de vraies plantes dans un aquarium, bien que ce ne soit pas toujours facile (les plantes ont des besoins spécifiques en ce qui concerne la lumière et le sol). Si vous souhaitez placer de vraies plantes dans votre aquarium, consultez le GDBP (Guide du Débutant en Bacs Plantés) avant d’acheter l’aquarium et surtout sa galerie.

Matériel d’entretien divers

Le siphonnage est la meilleure solution pour enlever ou ajouter de l’eau dans un aquarium. Pour les grands bacs, l’utilisation d’un tuyau d’arrosage peut permettre de se passer d’un récipient, en siphonnant directement l’eau dans un évier ou dans le jardin. Lorsque l’on siphonne de l’eau, il est souhaitable d’en profiter pour nettoyer (par aspiration) le gravier. De nombreux tuyaux pour changement d’eau sont disponibles dans les magasins spécialisés et ils comportent un dispositif permettant de nettoyer le gravier. Il vaut mieux éviter de remuer le sable, et faire attention de n’aspirer que les déchets posés sur la surface, pour éviter de remettre des matières à demi-décomposées en suspension. Remarque : l’eau sale que vous enlevez contient des nitrates et constitue donc un excellent engrais pour les plantes d’intérieur.

Pour éliminer les algues, qui s’incrustent sur les vitres vous pouvez utiliser une carte téléphonique usagée. Il suffit de gratter la vitre avec cette carte. Si votre cuve est en acrylique, évitez les tampons abrasifs trop durs, qui risqueraient de rayer le plastique.

Certaines algues à croissance lente ne peuvent être enlevées par ces moyens, à moins d’être très patient. Dans ce cas, une lame de rasoir est plus efficace. Vous pouvez acheter dans votre magasin préféré une lame de rasoir placée sur un manche, et dont l’autre extrémité sert de plantoir. Attention, la lame de rasoir aussi peut rayer !

Les aimants de nettoyage peuvent également être utiles pour éliminer les algues des vitres. Une partie abrasive est maintenue en place dans l’aquarium par son vis-à-vis aimanté à l’extérieur du bac. En déplaçant le bloc extérieur, on gratte l’intérieur. Vous n’aurez même plus besoin de vous mouiller ! Les meilleurs aimants ont une force magnétique très importante (ils sont plus gros) et fonctionnent mieux dans les petits bacs, dont les vitres sont moins épaisses. Attention de ne pas attraper des grains de sable qui rayeront les vitres.

Une brosse à dents usagée est très pratique pour éliminer les algues sur le décor, à l’intérieur d’un tube ou pour éliminer les algues filamenteuses.

Un récipient pour les changements d’eau

Vous aurez besoin au minimum d’un seau pour ajouter de l’eau à l’aquarium et en enlever. Utilisez le modèle le plus grand que vous pouvez manipuler (20 litres pour les plus costauds) pour limiter le nombre d’aller-retour du point d’eau à l’aquarium. N’utilisez ce seau que pour l’aquarium et n’y mettez jamais aucun produit chimique. Pour la même raison, il est préférable d’en acheter un neuf à cet effet et de marquer dessus que c’est celui réservé aux poissons.

Une épuisette

Vous aurez besoin au minimum d’une épuisette ou de plusieurs de tailles différentes. Il est plus facile d’attraper un poisson en utilisant une épuisette pour pousser le poisson dans une autre épuisette. Les épuisettes à mailles fines sont plus difficiles à utiliser car elles offrent une grande résistance dans l’eau. La taille idéale dépend de la taille de vos poissons.

Note : la pêche à l’épuisette est stressante pour les poissons. De plus, l’épuisette gratte la fine couche protectrice de mucus que possèdent les poissons. Dans la mesure du possible, essayez d’attraper le poisson en le capturant dans un récipient placé dans l’aquarium, comme un pot à confiture (propre !).

Les kits de test

Vous voudrez probablement acheter un de ces kits de test pour l’eau afin de pouvoir mesurer certains paramètres comme les nitrites. Les kits proposés sont très nombreux, les conseils sont donc rassemblés dans une partie spécifique Les tests

  • Index
  • Introduction,pour bien débuter
  • Le materiel
  • Les magasins, bien acheter
  • Préparation de l’eau
  • Le cycle de l’azote
  • Chimie de l’eau
  • Changer l’eau
  • Les tests
  • Les poissons
  • Le stress
  • Le long terme

    img Ce Guide inspiré de la FAQ de Cyberaqua a été rédigé pour AquAgora en 2007 et il est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

  • Ajouter un commentaire

    modération à priori

    Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

    Un message, un commentaire ?

    (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

    Lien hypertexte (optionnel)

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

    Qui êtes-vous ? (optionnel)


    captcha

    Association AquAgora | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP