CAPA Facebook
 logo Nguyen   
Accueil du site > Les articles > Eau douce > Callichthyidés

Corydoras,2 : Caractéristiques du genre

Rédigé par Manon des Sources (toutes illustrations comprises) - Publié par ElTofi – 7 avril 2008

Une présentation des principaux types de Corydoras, classés selon leur morphologie



Article sous licence :

CC by-nc-nd

Dans la même rubrique

1 - Morphologie générale

JPG - 57.8 ko
figure Corydoras

Le corps du Corydoras est “blindé” de 2 rangées de plaques imbriquées.

La bouche est orientée vers le bas (bouche infère). Elle est pourvue de trois paires de barbillons dont au moins une est particulièrement visible.

JPG - 68.6 ko
barbillons infères

Le rayon dur des nageoires dorsale et pectorales est très épais, comparable à une épine. Il faut être prudent lors des manipulations avec ces poissons, les rayons durs des pectorales ayant une fâcheuse tendance à se coincer dans les mailles des épuisettes. Par ailleurs, si on doit manipuler le poisson à la main ( ce qui est peu recommandé) les piqûres infligées pas ces épines sont assez douloureuses.

Ce poisson est doté d’un système de respiration (respiration dite “intestinale”) pouvant lui permettre de rester brièvement hors de l’eau, et même de se déplacer à terre sur de faibles distances , mais destiné surtout à palier aux manques d’oxygène récurrents dans leur milieu d’origine. On peut observer nos Corydoras remonter de temps en temps à la surface pour aller chercher une “bulle” d’air. Si les Corydoras remontent trop souvent c’est un signal d’alarme important, cela signifie que le taux d’oxygène est critique. Si ce genre est doté de la respiration intestinale, il n’en va pas de même pour tous les occupants de nos bacs communautaires.

Dans ce genre, on trouvera des poissons de toutes tailles (de 30 mm pour un C. hastatus à 80 mm pour C.pantanalensis)

comparatif C. narcissus / C. hastatus

Corydoras hastatus (mâle) adulte à gauche (25 mm SL) , Corydoras narcissus (60 mm SL)

NOTA BENE : on trouve souvent les lettres SL ou TL associées à la taille d’un poisson.

SL : Standard Lenght : Taille du bout du nez au pédoncule caudal

TL : Total Lenght : taille nageoires comprises

2 - Les grandes familles morphologiques :

Quatre grandes familles de formes sont rencontrées pour ce genre. C’est la forme de la tête au niveau du “museau” (snout) qui va primer pour trois d’entre elles. C’est la forme du corps qui va caractériser la quatrième famille.

Les 3 grandes familles de formes de “museau” sont :

les “snouted” Corydoras (présence d’un museau)

snouted

Dans cette famille de forme, nous allons retrouver des Corydoras tels que C. aeneus, C. arcuatus ....

les “rounded” Corydoras (absence de museau)

rounded

Dans cette famille de forme, nous allons retrouver des Corydoras tels que C. similis, C. habrosus...

les “long snouted” Corydoras (museau particulièrement développé).

long snouted

Dans cette famille, nous allons retrouver plusieurs forme de nez (convexe, droit, concave). Les plus caractéristiques sont les nez concaves tels que C. blochis, C vittatus

La quatrième famille a une forme générale plus fuselée :

JPG - 37.2 ko
C. elegans

Dans cette famille, nous allons retrouver des Corydoras tels que C. elegans, C. guapore ... La forme de ces Corydoras rappelle un autre poisson, appartenant au même sous-ordre (celui des Callichthyinae), les Dianema sp.

3 - Les zones de vie et l’aménagement du bac :

Toute règle a ses exceptions. Ainsi en est-il des Corydoras. Tous sont des poissons de fond sauf ceux appartenant à la quatrième famille. Leurs conditions de maintenance ne seront donc pas les mêmes. Dans le cas d’un bac spécifique, se reporter aux fiches par espèces. Dans le cas d’un bac communautaire, il y a quelques règles à observer pour que nos Corydoras se sentent bien.

Le type de sol est souvent abordé lors des discussions sur les bacs accueillant des Corydoras. Pour ma part, l’hygiène de celui-ci est sans doute plus importante que sa nature. Toutefois, je privilégierais un sol de type “sable de Loire” en règle générale, quel que soit le bac communautaire.

Les Corydoras ont beau fouiller le fond, ils n’endommagent pas les plantes, mais il faut quand même veiller à ce qu’elles soient bien enracinées. Pour les Corydoras nageurs, les plantes sont un plus, même si elles ne sont jamais indispensables. Ils aiment bien se percher sur les feuilles.

JPG - 68.3 ko
C. guapore

Corydoras guapore “perchés” dans les plantes

Ceci-dit, même les autres espèces apprécient les bacs plantés, les feuilles offriront un support de ponte apprécié par certains, d’autres passeront de longs moments à les nettoyer, comme ce Corydoras habrosus. Pour les Corydoras plus“classiques”, il suffit de leur offrir un abri, de faible hauteur, sous lequel ils passeront leurs moments d’inactivité.

Corys sous toit

4 - Les autres occupants du bac :

Ce sont de parfaits hôtes, pas d’agressivité ni intra-spécifique, ni extra-spécifique. Nous ne le répéterons jamais assez, les Corydoras ne sont pas des “femmes de ménage” ! S’ils ont un rôle dans un bac communautaire il consiste tout au plus à remettre en suspension les déchets présents dans le bac.

Le partage du bac sera décrit par espèce présentée. En effet, le genre est doté d’une telle variété qu’il est impossible de dire d’une façon générale que les Corydoras peuvent vivre avec tel Cichlidae ou tel Loricaridae.

trio C. panda

img Cette page écrite par Manon des Sources pour AquAgora, est sous un contrat Creative Commons.

Ajouter un commentaire

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)


captcha

Association AquAgora | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP