CAPA Facebook
 logo Nguyen   
Accueil du site > Les actualités > Les nouvelles du milieu aquatique

Ces quotas qui fâchent... le sort des poissons fixé par l’UE

Publié par Julien – 23 mars 2007

Article sous licence :

Sans licence

Dans la même rubrique

Ces quotas qui fâchent... le sort des poissons fixé par l’UE

Les 25 ont tentés de se mettre d’accord sur des quotas de pêche autorisés pour l’année prochaine. Une réunion marathon... Les propositions de la Commission : une réduction de 25% des captures de cabillaud et une interdiction de la pêche aux anchois la moitié de l’année. Et comme chaque année ces propositions fâchent les pêcheurs européens...

C’est chaque année, le même marathon et la même bagarre. Les 25 doivent décider des quotas de pêche autorisés pour l’année prochaine. Et la discussion oppose invariablement le club des amis de la pêche au club des amis des poissons.

Les réserves de poissons diminuent. Et les mesures prises jusqu’à présent ne suffisent pas à inverser la tendance. L’anchois et le cabillaud sont des espèces particulièrement menacées. En cinq ans, la population des anchois dans l’Atlantique est passée de 120.000 à 20.000 tonnes. Et malgré les restrictions imposées à la pêche au cabillaud, les stocks restent trois fois inférieurs aux niveaux recommandés pour assurer la survie de l’espèce.

La commission veut donc durcir les règles et réduire d’un quart les taux de capture autorisés. Elle veut aussi diminuer le nombre de jours de pêche. Pour les défenseurs de l’environnement, ce n’est pas encore assez. D’autant qu’il faut compter avec les captures illégales. Elles dépassent parfois de 40% les prises déclarées. Mais pour les pêcheurs, les limites préconisées par la commission sont intolérables. Et même l’exemple de la disparition du cabillaud canadien qui a réduit des milliers de pêcheurs au chômage ne suffit pas à les convaincre.

Comme tous les ans, les négociations s’annonçaient dures entre la commission et les pays qui la soutiennent et le club des amis de la pêche emmenés notamment par la France….

La réunion a débuté jeudi 21 au matin, et en fin de soirée le sort de la pêche pour 2007 était fixé : les ministres européens de la pêche sont tombés d’accord sur les quotas de pêche autorisés pour chaque espèce de poissons.

C’est le cabillaud de la mer du nord qui pose le plus de problèmes aux scientifiques. Selon eux, il faudrait tout simplement suspendre en 2007 et 2008 la pêche de ce poisson pour espérer voir l’espèce se refaire une santé. Le cabillaud fait l’objet de toutes les attentions européennes depuis 2004 pour tenter d’enrayer la disparition annoncée de cette espèce mais les scientifiques estiment que les mesures actuelles ne suffiront pas. D’autant que les quotas de prises sont régulièrement dépassés, de trop jeunes poissons disparaissent avant même de s’être reproduits. L’accord de cette nuit prévoit selon les zones de pêche une réduction des prises de 15 à 20%. Les pêcheurs devront également réduire leurs jours de pêche de 8 à 10%. Pour les anchois sujet très sensible entre la France et l’Espagne, les Européens ont convenu de réduire le nombre de bateaux de pêche de ces deux pays durant 3 mois puis de réévaluer la situation. L’Espagne demandait la suspension de la pêche des anchois, un moratoire refusé par la France.

Depuis 20 ans, les quotas n’ont cessé de diminuer au grand dam des 500 000 personnes dans l’union qui vivent de la pêche. De manière plus globale, il y a plusieurs mois, la Commission a proposé de réduire encore les capacités de pêche de l’union, en soutenant notamment la reconversion des pêcheurs qui veulent quitter le secteur, l’Union compte encore 90 000 bateaux de pêche.

Une "recette pour un désastre" : c’est en tout cas l’avis de l’organisation de défense de l’environnement WWF. Alors que le Conseil international pour l’exploitation des mers (Ciem)", préconisait de geler les prises de cabillaud pour 2007, l’accord autorise à en pêcher 19.957 tonnes", déclare WWF qui regrette également que les jours de pêche n’aient été diminué que de moins de 10%. La pêche à l’anchois, "officiellement rouverte dans un but expérimental" est "un cadeau à la France et l’Espagne" et "laisse peu d’espoir aux stocks d’anchois de résister à la pression", poursuit WWF. Pour l’ONG, le principe d’une réforme engagée en 2002 pour la sauvegarde des ressources halieutiques dans l’UE, par laquelle les "ministres européens s’étaient engagés à mettre fin à l’opportunisme politique de court terme a été réduite à une coquille vide".

Source : RTBF

Ajouter un commentaire

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)


captcha

Association AquAgora | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP